Les cinq bénéfices de la blockchain sur un avenir durable

Article
Lire Toutes nos Publications
Green Finance
Digital Tools
Blockchain

La finance dite « verte » - qui consiste à combiner protection de l'environnement et bénéfices économiques - continue de progresser dans les milieux financiers où se multiplient les avantages incitatifs visant à promouvoir les investissements dans les projets de développement durable, comme l'atténuation des risques et les placements à long terme.

Ces investissements verts à grande échelle et issus de sources privées et publiques sont nécessaires. On attend des pays du G20 qu'ils contribuent à eux seuls 95 milliards d'€ l'amélioration des infrastructures mondiales au cours des 15 prochaines années, ce qui devrait théoriquement engendrer des investissements privés dans les projets liés au climat. Le développement durable doit toutefois s'harmoniser avec le secteur financier, y compris les banques et les marchés des capitaux et des assurances. Les scénarios combinant des investissements publics et privés se heurtent parfois à un manque d'efficacité et de transparence, à une complexité accrue ou encore à une mise en œuvre trop lente. Cinq éléments des innovations de la blockchain peuvent influer sur les investissements dans le développement durable et favoriser l'essor des marchés de la finance verte.

  1. Fournir une seule vérité. La blockchain, ce registre électronique décentralisé et sécurisé souvent considéré comme « le plus grand bouleversement technologique depuis plusieurs décennies », n'en est encore qu'à ses débuts, mais promet d'innombrables applications susceptibles de simplifier les investissements dans le développement durable. Développée il y a à peine 10 ans, la blockchain transforme les transactions financières et pourrait potentiellement créer du rendement économique, tout en favorisant l'action en faveur du climat. Par exemple, en améliorant les échanges sur les marchés du carbone ou des énergies vertes, en simplifiant les flux financiers liés au climat, ou en perfectionnant le suivi et le reporting de la réduction des émissions de gaz à effet de serre (en évitant, par exemple, les doubles décomptes).
  2. Favoriser les actions internationales. Tous les acteurs de la finance verte continuent d'investir dans la croisée des innovations technologiques et des pratiques financières durables. De telle sorte qu'il deviendra plus aisé de lutter contre le changement climatique à l'échelle mondiale, et non plus seulement au niveau local. Le Forum Économique Mondial a constaté que la blockchain favoriserait les projets de développement durable financés par des investisseurs internationaux, y compris « les vastes projets d'infrastructure et de production électrique impliquant de multiples investisseurs privés, des institutions financières de développement multilatéral et des gouvernements.. »
  3. Réduire la complexité des transactions. En devenant de plus en plus complexes, les transactions financières liées aux larges projets internationaux de développement durable occasionnent de nombreux délais et complications. Les plateformes et processus compatibles avec la blockchain gèrent ces nombreuses transactions de manière plus efficace et les initiatives liées au climat et au développement durable sont donc plus susceptibles d'attirer les investisseurs. Selon le Forum Économique Mondial, « Les plateformes et processus compatibles avec la blockchain peuvent facilement gérer un large éventail de décideurs, quel que soit leur rôle au sein de projets variés ou répartis sur plusieurs continents. Il en résultera une plus grande efficacité, des transactions réduites et une meilleure attractivité des initiatives liées au climat, aux infrastructures et au développement durable pour les investisseurs privés ».
  4. Encourager une plus grande transparence. « Les technologies de la blockchain facilitent la mise à jour continue des informations concernant l'action en faveur du climat et issues de sources variées. Elles assurent par ailleurs le partage et la transparence des données, » explique cet article publié par l'Institut International du Développement Durable. En janvier 2018, le secrétariat exécutif de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a mis en place la Climate Change Coalition afin d'encourager l'adoption de la blockchain. Le groupe est convaincu qu'en améliorant la transparence, la traçabilité et l'efficacité des investissements axés sur développement durable, la blockchain donnera aux institutions privées le cadre dont elles ont besoin pour progresser vers leurs ODD.
  5. Passer à la vitesse supérieure. Les contrats intelligents - qui appartiennent aux technologies de la blockchain - permettent une meilleure autonomie et une mise en oeuvre plus rapide des transactions financières, grâce à l'automatisation des tâches et en minimisant les liquidités retenues dans la chaîne de valeur d'une transaction. Les organismes financiers peuvent ainsi procéder à des négociations financières vertes à l'échelle mondiale, augmenter la collaboration internationale et renforcer la mobilisation de tous pour le climat.

Il ne fait aucun doute que les technologies de la blockchain offrent des solutions prometteuses et sauront à la fois accélérer et simplifier les investissements dans le développement durable. Bien au-delà de son engouement pour les cryptodevises, la communauté high-tech apporte ainsi une contribution aspirant véritablement à un monde durable et consciente de la transparence, la responsabilité et le degré d'urgence requis.