Transformation zéro carbone de votre production… | ENGIE Impact

Produire en zéro carbone : une transformation urgente et indispensable

Article | Read Time 9 min | Masterclass sur la Décarbonation de la Production Industrielle
Lire Toutes nos Publications
Ben Moens Managing Director, Sustainability Solutions - EMEAI
Alexander Nick Director, Climate Action, WBCSD
Sesilia Plavina Sustainability Solutions Manager

1ère partie de notre masterclass sur la production Net Zéro, développée avec WBCSD

Les émissions issues de la consommation d'énergie et des procédés de fabrication du secteur industriel représentent environ 30 % des émissions mondiales de CO₂, soit environ 14 milliards de tonnes. Développer une stratégie de transformation efficace afin d'accélérer la réduction de l'empreinte carbone de l'industrie, et notamment de ses émissions de Scope 1 et 2, aurait un impact considérable sur la crise climatique actuelle. Mais la tâche reste ardue.

Qu'est-ce que la Masterclass sur la production Net Zéro ?

La transformation nécessaire pour atteindre une décarbonation d'envergure est probablement la plus importante jamais connue par la majorité des entreprises : elle doit toucher l'ensemble de leur chaîne de valeur et de leurs parties prenantes. Elle implique naturellement un engagement continu et à long terme ainsi que l'intégration de technologies, de solutions et d'investissements inédits. Les industries ont conscience du besoin d'agir maintenant et ont déjà défini d'ambitieux objectifs, mais trop peu d'entre elles sont en passe de réussir leur transition.

Pour amorcer notre parcours vers la décarbonation du secteur manufacturier, nous abordons quatre thématiques pour aider les entreprises à évaluer leurs progrès vers le bas carbone :

  1. Le développement de solutions intégrées et l'optimisation des leviers de décarbonation.
  2. Axer les décisions financières autour d'une perspective sur le long terme.
  3. L'élaboration d'un guide de réduction de l'empreinte carbone à diffuser à travers ses sites de production.
  4. Aligner la stratégie zéro carbone de votre entreprise et identifier les actions prioritaires à mettre en place.

Une stratégie zéro carbone efficace : Par où commencer?

Élaborer des solutions de réduction de l'empreinte carbone exhaustives

Les parties prenantes en interne, qu'il s'agisse des équipes de conception, des services logistiques, du département des achats ou financier, ont tendance à prendre des décisions isolées, basées sur leur propre programme. Ce mode de fonctionnement donne généralement lieu à trois problèmes :

  • Les interdépendances entre les leviers du développement durable ne sont pas prises en compte et, de fait, les entreprises ne tirent pas parti de ces synergies pour accélérer leur transition Net Zéro.
  • Les mesures isolées - généralement les plus faciles et rapides à mettre en œuvre - donnent des résultats illusoires. Ces progrès sont de courte durée, parce que les entreprises n'ont pas prévu de trajectoire à long terme pour leur transformation vers le Net Zéro.
  • Les décisions trop fragmentées ne laissent pas de place aux technologies émergentes, et une décision précipitée concernant un actif risque de faire obstacle à sa décarbonation à long terme.

L'énergie est un système de plus en plus complexe qui implique des vecteurs et conversions multiples : la meilleure approche consiste à opter pour des solutions intégrées afin de tirer parti des synergies entre les différentes technologies. C'est aussi un moyen d'éviter les investissements limités au court terme, qui entravent l'adaptation aux progrès technologiques. Prenons l'exemple d'une nouvelle chaudière à gaz installée par une entreprise afin d'améliorer l'efficacité énergétique d'un site de production. Le carburant à base de carbone nécessaire pour l'alimenter sera désormais le même pendant la durée de vie de la chaudière, ce qui entrave l'atteinte de la neutralité carbone pendant au moins trente ans.

Face à la complexité grandissante de notre approvisionnement en énergie, il est préférable d'adopter une approche globale tenant compte de tous les sites et actifs. Ce modèle intégré et dynamique vous permettra de tirer parti des avantages combinés des différents vecteurs d'énergie (biomasse, solaire thermique, récupération de chaleur, hydrogène vert, etc).

Nous avons ainsi évalué le site d'une entreprise de manufacture afin d'identifier les moyens de répondre à ses besoins en vapeur. La meilleure approche combine trois solutions : une production combinée d'électricité et de chaleur alimentée par la biomasse, l'installation de panneaux solaire pour alimenter une chaudière électrique à vapeur plus petite, et l'acquisition d'une chaudière au biogaz pour assurer les périodes de forte demande. Le résultat ? Un système adaptatif qui soutient de manière économique sa progression vers le Net Zéro.

Pour planifier concrètement des solutions intégrées, les entreprises commenceront par envisager trois plans d'action :

  1. Se donner la capacité de gérer des opérations multidimensionnelles, d'évaluer la faisabilité des solutions et de prendre des décisions appuyées par les données et les interactions entre les options envisagées.
  2. S'assurer le soutien et la collaboration des parties prenantes dès le début du processus, et plus particulièrement dans la sélection des solutions, pour permettre aux nouveaux équipements ou technologies d'influencer les stratégies d'approvisionnement, de financement et autres.
  3. Développer un schéma organisationnel et une feuille de route détaillés afin de mettre en évidence les décisions à prendre immédiatement ainsi que celles qui pourront être reportées et adaptées aux objectifs à plus long terme. Cette flexibilité favorise un plus grand choix d'options pour les sites individuels, notamment en ce qui concerne les technologies émergentes et les projets à long terme. Ceci nous mène à la seconde stratégie :

Axer les décisions financières autour d'une perspective sur le long-terme

La façon dont les entreprises envisagent leur trajectoire vers le Net Zéro et son financement doit faire l'objet d'une transformation fondamentale. Les décisions d'investir ou non dans l'équipement et les technologies sont encore trop souvent fondées sur des principes d'allocation des capitaux basés sur le meilleur retour sur investissement (ROI) ou sur les subventions accessibles dans un délai relativement court, et ne tiennent pas compte des possibilités à long terme.

Une meilleure approche consisterait à privilégier, au lieu du ROI, le coût total de possession (CTP/TCO) à l'aide de scénarios construits sur l'optionnalité (en tenant compte des futurs modes d'approvisionnement et technologies) et d'évaluer les risques en intégrant l'analyse de sensibilité de paramètres clés. Une vision globale de l'impact budgétaire d'une stratégie à long terme peut ainsi être obtenue.

Au lieu de calculer les économies et liquidités réalisables à partir d'un investissement isolé - alors que la complexité et le dynamisme des systèmes d'approvisionnement en énergie ne feront qu'augmenter - il faudrait plutôt envisager chaque investissement comme une pièce d'un système global régissant tous les investissements de l'entreprise. Les calculs traditionnels de ROI tiennent généralement compte des huit à dix prochaines années ; il est difficile, dans ce contexte, de prendre en compte des technologies dont la maturité commerciale est encore minimale, même si elles offrent un potentiel considérable de réduction des émissions, comme c'est le cas de l'hydrogène vert. En exigeant de tout investissement qu'il soit rapidement amorti, le risque est de passer, par manque de clairvoyance financière, à côté de technologies émergentes qui offrent un intérêt économique bien plus attrayant. Les modélisations financières devraient rester ouvertes aux décisions futures afin de simplifier, pour les entreprises, les décisions liées à l'équipement et aux modes d'approvisionnement et de tenir compte du risque d'inflation.

Pour bien visualiser l'impact d'une approche CTP/TCO, il faut d'abord évaluer le modèle commercial en place (le scénario de référence) pour pouvoir ensuite modéliser l'ensemble des stratégies et de la progression vers l'objectif Net Zéro final. Une tendance renversée est encouragée : le plan d'approvisionnement en énergie guidera les décisions financières. Il est souvent constaté que les initiatives de réduction de l'empreinte carbone les moins chères restent proches du scénario de référence (on continue comme d'habitude) tout en évitant les risques potentiels tels que l'augmentation du prix des ressources ou l'immobilisation d'un actif.

Élaborer un guide de réduction de l'empreinte carbone et le diffuser à travers ses sites de production

Cette troisième thématique vise principalement à bien préparer votre entreprise, de sorte qu'elle puisse capitaliser sur chaque progrès de décarbonation. L'important est d'équilibrer efforts localisés et initiatives centralisées. De nombreux projets visant à réduire l'empreinte carbone sont lancés par des équipes locales et mis en œuvre sur un seul site à la fois. Ils sont trop rarement encadrés par un programme de développement durable centralisé. Cela mène alors à trois enjeux.

  1. Le partage des expériences, des apprentissages et des bonnes pratiques : il n'est ni efficace, ni rapide de repartir à zéro à chaque fois qu'une installation cherche à optimiser son énergie. Mais quand toute autonomie est laissée aux sites individuels, ils adopteront naturellement des normes, des méthodes et des systèmes différents dans leurs processus logistiques et leurs opérations d’ingénierie et de maintenance. Il n'en sera que plus difficile de partager ces nouvelles capacités avec le reste du groupe. D'autre part, les sites n'ont pas toujours accès aux données qui pourraient leur permettre d'envisager des solutions durables plus dynamiques, et leurs options sont donc restreintes aux technologies éprouvées plutôt qu'au développement de bonnes pratiques et de nouvelles idées susceptibles d'être partagés avec d'autres sites. Quelles sont les technologies d'avenir à considérer ? Quel est le contexte d'un marché spécifique, et comment la situation est-elle susceptible d'évoluer ? Le risque d'une approche trop individualiste, c'est qu'elle manque de dynamisme par rapport à une plateforme multi-sites capable de favoriser les synergies et de standardiser des solutions novatrices afin d'accélérer la transition.
  2. Le contrôle des coûts transactionnels : une action trop localisée risque d'augmenter l'impact des coûts accessoires, comme les frais de sous-traitance ou de recrutement, sur votre transformation. Cela peut même obliger un site à adopter une solution moins intéressante ou allant à l'encontre de certaines économies d'échelle.
  3. Une transformation accélérée : la perte de ces économies d'échelle peut considérablement ralentir la transformation d'une entreprise, notamment en termes de nouvelles technologies. Il est bien rare qu'un site individuel soit en mesure de tester seul une technologie non éprouvée - il faudra donc plus longtemps pour prouver son intérêt ou potentiel.

En pratique, il est donc conseillé de mettre en œuvre votre transition auprès de toutes les parties prenantes de votre organisme afin de tirer parti des économies d'échelle et de donner la priorité au bas carbone à travers l'ensemble du groupe. Mais comment s'y prendre ?

Nous recommandons une démarche en cinq étapes menant à un programme multi-sites fondé sur la standardisation et la duplication, afin d'augmenter la vitesse et l'envergure du processus de décarbonation et d'en minimiser le coût.

  1. Identifier un site pilote. Identifiez le meilleur candidat : un site où les parties prenantes locales et générales pourront facilement se rencontrer afin d'examiner les options financières et techniques les plus favorables à vos objectifs Net Zéro.
  2. Regrouper les conclusions du pilote dans un guide pratique de décarbonation Il devra inclure les technologies utilisées accompagnées de données financières et techniques, ainsi que des informations concernant le contexte national, réglementaire et commercial. Ce guide initiera le partage des solutions potentielles et d'opportunités concrètes.
  3. Étoffer ce guide pratique par l'ajout de modèles ou d'archétypes détaillés pour chaque solution ou système énergétique que vous pourrez partager avec les autres sites afin de leur éviter de commencer à zéro.
  4. Évaluer l'empreinte carbone et prioriser les actions. La standardisation obtenue grâce à ces modèles permettra aux entreprises d'évaluer rapidement l'empreinte carbone et le potentiel des solutions pour en accélérer la sélection.
  5. Lancer la mise en œuvre à grande échelle. Le partage de modèles standardisés favorisera considérablement et systématiquement l'exploitation des synergies entre les solutions et entre les sites. C'est aussi un moyen de favoriser une collaboration active entre les différents processus et d'unifier les services impliqués dans la gestion de l'énergie, les équipes conceptuelles, les responsables du développement durable, des finances et des ressources humaines autour d'un objectif commun : le déploiement d'un effort global de réduction de l'empreinte carbone.

Aligner la stratégie zéro carbone de votre entreprise et identifier des actions prioritaires à mettre en place.

Par où commencer sa transformation Net Zéro ? Trois points à garder à l'esprit lorsqu'on amorce sa transition zéro carbone : :

  1. La stratégie commerciale de votre entreprise. Votre transformation peut facilement commencer par les éléments déjà en accord avec votre plan de croissance, vos projets d'acquisition ou de désinvestissement ou bien encore vos lignes de produits prioritaires.
  2. L'engagement des parties prenantes. La sélection de partenaires engagés et désireux de vous accompagner tout au long du parcours demande du temps et de la détermination.
  3. La sélection stratégique des sites. Il est conseillé de choisir des sites dont les émissions sont élevées, dont les principaux équipement sont en fin de vie et dont les solutions sont les plus variées, afin de mener une transformation la plus représentative possible pour l'ensemble de vos sites. Considérez aussi les sites situés dans des régions ou pays dont la réglementation est largement en faveur d'une empreinte carbone réduite et ceux qui ont accès aux données requises pour anticiper et analyser les résultats.

Accélérez votre parcours vers la neutralité carbone

Qu'il s'agisse de faire ses premiers pas ou d'accélérer sa trajectoire vers la neutralité carbone, cet engagement demande à chacun d'entre nous d'envisager des questions essentielles et contextuelles quant aux démarches à accomplir et aux stratégies à appliquer. Bien que les entreprises soient nombreuses à s'estimer en bonne voie, les conclusions du Bilan de maturité Zéro Carbone des Entreprises, publié par ENGIE Impact, suggèrent que ce n'est pas toujours le cas. Plus précisément, une grande partie des entreprises qui se disent optimistes quant aux progrès de leurs programmes et performances de développement durable n'ont pourtant pas mis en place les moteurs indispensables pour une transition zéro carbone réussie.

ENGIE Impact & WBCSD travaillent avec le secteur industriel au développement d'un plan de réduction de l'empreinte carbone, que les entreprises peuvent appliquer immédiatement.


Discutons-en

Travaillons ensemble à la transformation zéro carbone de votre production industrielle.